Aller au contenu principal
Image
Rencontres prévention santé

RENCONTRES PRÉVENTION SANTÉ - 5ÈME EDITION

5e Rencontres Prévention Santé

 

La règle des « 3-6-9-12 » proposée à la fin des années 2000 par Serge Tisseron, psychiatre, psychanalyste et membre de l’Académie des technologies, suggérait d’écarter les enfants de moins de 3 ans, des écrans de télévision. Elle permet aujourd’hui de répondre aux nombreuses questions de parents inquiets en leur indiquant des repères simples pour savoir quand et comment introduire les écrans dans la vie de leur enfant.

Plus tard, lorsque l’enfant devient adolescent, les écrans, qu’il s’agisse du smartphone, de la tablette, de l’ordinateur ou de la console de jeux, constituent le point d’entrée principal de milliers de contenus mis à sa disposition, parfois sans filtre. Et, le problème, comme le souligne l’Académie des Sciences, dans un rapport sur les familles et les écrans rendu en avril 2019, devient autant celui du contenu que de la quantité. L’utilisation que les ados ont des écrans se traduit dans trois grands usages : le divertissement, la sociabilité et l’information ou la documentation avec des temps qui dépassent, pour 23% des 15-17 ans, les 7 heures par jour* et une sur représentation des ados de familles défavorisées.

Deux remarques s’imposent alors : un usage approprié des écrans peut-il s’avérer bénéfique et si oui, dans quels cadres et à l’inverse une utilisation massive peut-elle engendrer une addiction comportementale et des conséquences sur la santé mentale et physique ?

La Fondation Ramsay Santé a voulu comprendre comment les écrans se sont imposés à tous les moments de la vie des adolescents, pourquoi leur usage est si addictif, quelles conséquences psychique et physique ils peuvent avoir sur la santé et comment les institutions, le pouvoir politique, le tissu associatif et les startups se sont saisis du sujet sous un angle de prévention.

*France Info 

Deux tables rondes diffusées le jeudi 10 mars 2022,
animées par Christophe Barbier, directeur de la rédaction de Franc-Tireur

Livre blanc jeunes et écrans
*
*
*
*

1ère partie : Etat des lieux

La première table ronde a permis de rappeler comment l’écran a envahi nos vies et changé nos comportements, d’évoquer son usage intensif qui peut mener à l’addiction, mais également de parler de ses atouts, d’éducation aux écrans et d’évoquer la prise en compte du sujet par le politique.

Intervenants

 

Marc Auriacombe

Pr Marc Auriacombe

Psychiatre addictologue, professeur à l’Université de Bordeaux

Monique Dagnaud

Monique Dagnaud

Sociologue des médias et réseaux sociaux, directrice de recherche CNRS 

Olivier Masson-Halimi

Olivier Masson-Halimi

Chargé de mission pratiques numériques
MILDECA

Karl Pineau

Karl Pineau

Co-président
Les Designers Ethiques

Entretien avec Yves Citton, professeur de littérature et media, Université Paris 8
au sujet de l'écologie de l'attention

2ème partie : Actions remarquables

La seconde table ronde s'est intéressée à des actions, outils ou programmes de prévention remarquables, développés sur les territoires ou au niveau national.

Intervenants

Thibault Deschamps

Thibault Deschamps

Conseiller Technique Sportif Athlétisme au Ministère chargé des sports, Président association Vivons en Forme

Alexandre Fauchez

Alexandre Faucher

CEO et co-cofondateur de POZZZ

Marina Kontente

Marina Kontente

Responsable du site
VoisinMalin d’Evry-Courcouronnes

Olivier Masson-Halimi

Olivier Masson-Halimi

Chargé de mission pratiques numériques
MILDECA

Entretien avec Caroline Janvier, députée du Loiret
qui a déposé une proposition de loi relative à la prévention
de l'exposition excessive des enfants aux écrans

Rapport d'étude : jeunes et écrans pour le meilleur et pour le pire

Rapport d'étude : jeunes et écrans pour le meilleur et pour le pire

La Fondation Ramsay Santé a lancé une enquête en janvier 2022 avec le média Jam auprès de 500 jeunes, pour mieux comprendre l'évolution de leur utilisation des écrans, les conséquences sur leur quotidien et leur santé mentale.

Télécharger l'étude 

  

Sous le haut patronage du 

Ministère de la Santé